> Visite de la Commune > Visite de l école
 

Visite de l'Ecole Primaire

 

L'ECOLE de SIORAC EN PERIGORD

 

On ne sait à peu près rien sur ce qu'était l'école sous l'Ancien Régime. Le curé ou son vicaire, qu'on appelait vicaire-régent, donnait un enseignement rudimentaire à quelques enfants, probablement peu nombreux. En 1773 il est fait mention dans les registres paroissiaux, de Bernard GRIVET régent d'école. A une époque encore récente, l'instituteur était appelé à la campagne " lou ritzen " : le régent.

La Révolution a été à l'origine de l'enseignement moderne, notamment par la loi du 29 frimaire an 11(11 déc. 1793) qui établit l'obligation et la gratuité scolaire pour les enfants de 6 à 8 ans.

On trouve alors à Siorac en 1794, Jean TEYSSANDIER instituteur communal qui est aussi mentionné dans une statistique de 1803 : " Teyssandier logé dans le presbytère a des moyens ordinaires mais suffisants pour une école primaire, rétribution mensuelle payée par les parents 2 F (par élève), effectif 15 " ce qui est bien modeste pour une commune d'un millier d'habitants. Teyssandier est aussi secrétaire de mairie et reçoit de la commune pour ces deux fonctions 120 F par an.
Une statistique de 1806 fait état de trois écoles à Siorac tenues par Rouanot (probablement Royneau) en l'an V avec 15 élèves, par François Cadet en 1797 avec 25 élèves et par Jean Chaumeil (ou Chaumel) en 1803, avec seulement 5 élèves. Ce faible effectif s'explique par l'enseignement de Chaumeil qui comprend " les éléments de la langue latine ". Cet enseignant quittera d'ailleurs Siorac en 1807 pour la fonction de professeur à l'école secondaire de Sarlat.

En 1834, la municipalité propose comme instituteur primaire Pierre Brondel, déjà établi à Siorac comme instituteur privé. Lors de son mariage en 1841, Jean-Marie-Trinité Doscot est dit résident à Siorac depuis six mois comme instituteur privé.

 

 L'ECOLE de SIORAC EN PERIGORD

 

Un rapport de l'inspection primaire du 22 janvier 1843 déplore l'absentéisme des élèves dû à l'éloignement de leur domicile, aggravé par l'état des chemins et par l'emploi des enfants aux travaux des champs. En 1825 l'école où exerce Pierre Brondel compte 30 élèves l'hiver et seulement 12 l'été.

Jérôme Bouygard, élève-maître à l'école normale de Périgueux en 1841, est instituteur à Siorac de 1843 à 1857. C'est probablement à son encontre que le conseil municipal constate le 25 février 1849, que " de plus en plus les enfants refusent d'aller à l'école et que les pères de 14 à 15 d'entre eux sont forcés de les envoyer au Coux à plus d'une lieue de distance, chez un instituteur de même degré mais dont le zèle, la patience et la capacité sont incontestables ". De plus l'instituteur ne conduit pas les élèves à la messe quoiqu'une chapelle soit spécialement réservée à cet effet. Bouygard démissionne en 1857 et demandera à la commune en 1864, l'autorisation d'ouvrir une école libre de garçons, peut-être dans l'espoir d'une meilleure rétribution. Il est remplacé par Jacques Lavergne de Siorac.

L'école voit ensuite se succéder: Pierre Bardineau en 1865, Jean Château en 1867, Etienne Maury en 1873, Monteil en 1882, Bernard Gonthier en 1886, puis un couple, M. et Mme Javanaud, nommés le 10 octobre 1890, venant de Vitrac.

Un rapport de 1864 sur la situation de l'instruction primaire, fait état d'une nette progression des effectifs dans le département, passant en dix ans de 18 114 à 37 927 élèves. Ce même rapport déplore néanmoins "un reste d'indifférence pour l'instruction en raison de vieux préjugés, de vieilles habitudes d'ignorance". Il signale aussi la non fréquentation de certains enfants occupés aux travaux des champs et la pratique du patois par 12 234 enfants de 7 à 13 ans qui ne savent ni parler ni écrire en français et 13 108 sachant le parler sans savoir l'écrire.

 

  L'ECOLE de SIORAC EN PERIGORD

 

La seule école de filles mentionnée à Siorac est celle tenue par les religieuses au " couvent " à partir de 1861.

L'école s'est tenue pendant plus d'un siècle dans des locaux privés. On a vu que Jean Teyssandier en 1803 était logé dans le presbytère où il tenait probablement sa classe. En 1844, le maire propose de construire une école sur une parcelle récemment acquise pour le champ de foires, au sud du bourg. Le projet n'aura pas de suite par manque de crédits. Il est envisagé alors d'aménager l'école dans les locaux du château acquis en 1825, mais les travaux estimés à 4000 F, sans doute encore excédant les possibilités de la commune, ne furent pas réalisés.

Divers loyers sont souscrits par la commune pour loger l'école dans diverses maisons appartenant à Emmanuel Gouzot en 1855, à Mme Vve Destord en 1865, à Mlle Rageaud, puis aux héritiers Saulière en 1878. Enfin en 1880, un terrain est acquis par la commune à François Delpech, pour la somme de 2500 F. Le projet de construction de l'école actuelle, soumis au Conseil Général en avril 1876, s'élève à 25 564 F, somme couverte par un emprunt de 14 000 F, une subvention de l'Etat de 7 709 F et du département de 3 355 F. La construction est pratiquement terminée en 1882, il reste à aménager l'accès qui s'effectue par une rampe grossièrement tracée, qui deviendra un escalier et à construire un préau. L'école de garçons y est installée ainsi que la mairie au premier étage. Après la suppression de l'école congrégationniste en 1903, la mairie libérera le premier étage pour y installer l'école des filles

 

  L'ECOLE de SIORAC EN PERIGORD

La mixité est introduite quelques années après la seconde guerre mondiale. L'école dispose de 3 classes. En 1973 a lieu l'inauguration de la maternelle dans un nouveau bâtiment qui fait face à l'ancien de l'autre côté de la cour de récréation. Une cuisine y est aménagée ainsi qu'une cantine. Sanitaires et salle de repos jouxtent une vaste classe qui a vue sur la vallée. En sous-sol, une salle de motricité et une salle de travail abritant la bibliothèque enrichissent le patrimoine scolaire. La garderie est créée en 1991. Le préau est agrandi en 1997. Le premier étage du bâtiment initial abrite un logement de fonction qui restera vacant après 1994. La fin des travaux de rénovation engagée par la Mairie a permis l'emménagement en juillet 2001 de la famille de l'actuel directeur d'école. Outre ce dernier, deux autres maîtres encadrent une soixantaine d'enfants. La maternelle voit actuellement ses effectifs se renforcer (phénomène général en France et minoritaire en Europe). Une autre classe abrite les lecteurs débutants de cycle 2 (CP et CE1). Les grands de cycle 3 (CE2, CM1 et CM2) forment la 3ème classe qui leur ouvre les portes du collège de secteur à Belvès.

Réf : Grand merci à Marcel Escat pour son article " Mémoire de Siorac : l'école " dans " Liaisons sioracoises " de janvier 2001 ; sources : Archives départementales et " Siorac en Périgord des origines à 1900 ", Ed. du Roc de Bourzac, 2000.

      

 

                                                            

                                                               

                                            Nouvelle Classe Moyenne Section

                                                          

                                                            Nouvelle Classe Petite Section

                                                              

                                                                Le Dortoir

                                                            

                                                            Salle de Motricité

 

 

Régie Publicité | Webmaster | Faire un lien | Signaler une erreur ]
Point-Sys 
a canoé raid